Dame à la licorne

Un poème inspiré de l’œuvre du mois du Musée de Cluny.

Tu es ma dame à la licorne, j’en bois ta forme.
Tu es Diane terrestre, guère champêtre.
Le lion agenouillé à tes pieds, sa tête tournée,
N’ose voir ta gloire dans le miroir !

Les glands et les tiges autour de toi agonisent
Lorsque les baies s’en gonflent de ton immortalité.
Le vert vénère, le bleu embellit, le rouge renforce :
La dame à la licorne, Diane transforme.

Je regarde à distance, de ma dépendance, 
Je ne suis qu’un lapin, guère herculéen ; 
Mais devenir la licorne, domptée, dans ton giron – 
Quel rêve de cet arras, et ton bel appas !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s